web analytics

Vous ou votre ado êtes amateur de lecture fantastique, une auteure vous offre sa dernière oeuvre

 

 

Vous ou votre ado êtes fans de romans fantastiques, Iman Eyitayo,

auteure de romans fantastiques vous offre une nouvelle inédite, qui

vous permettra de vous plonger dans un univers peuplé de créatures

fantastiques, de sorcellerie, d’intrigue.

Découvrez la ci-dessous. Bonne lecture !

 

 

 

 

 

LE CHOIX

Le Fardeau d’une mère

Nouvelle fantastique de Iman Eyitayo

 

 

Cela fait quelques lunes[i] que le soleil a refait son apparition. Il illumine toutes les rues de la Braise, le quartier le plus au sud de la ville de Minabis, il redonne vie aux fleurs qui bordent les trottoirs et réchauffe mon cœur. En apparence, le printemps s’annonce particulièrement beau.

 

Seulement, la présence des gardes royaux à tous les coins de rues gâche le tableau. Les combats battent leur plein au nord depuis des mois, la guerre ne connait que de courtes périodes de répit. Notre ville a très vite été mise sous protection royale, mais combien de temps serons-nous épargnés ? Cela fait six longs mois que la guerre a commencé et la ville d’Arabica n’est déjà plus que l’ombre d’elle-même. Elle résiste encore, mais beaucoup de ses habitants ont déjà fui leurs maisons et migré vers le sud.

 

Notre quartier en particulier est de plus en plus surpeuplé. Les commerçants ont envahi nos marchés, les mendiants ont noirci les rues, les vols à l’arraché se sont multipliés. Les gens sont de plus en plus nerveux, et ce n’est qu’une question de temps avant que les agressions ne deviennent monnaie courante. Nous ne sommes plus en sécurité, même si la marée de gardes royaux encadrant la ville est là pour nous faire croire le contraire. Au fond de moi, je sais que ce n’est qu’un leurre. Lorsqu’Arabica sera tombée, ce sera notre tour.

 

Je longe les étalages de riz et de poissons d’eau douce, les seuls qu’on peut encore s’offrir depuis que la liaison avec la ville portuaire de Borad a été coupée. Les lacs de la ville nous nourrissent encore, mais nous approchons de la pénurie depuis la vague d’immigration.

 

Je dépasse un étal lorsqu’une belle carpe attire mon attention. Le repas du soir est déjà tout décidé.

 

 

 

 

 

 

—Je veux cette carpe s’il vous plait, j’annonce au marchand. Vous auriez éventuellement un prochain arrivage de fruits de mer ?

 

—Rien du tout, madame Rosa, rien du tout. Ah la la, si vous saviez combien je rêve de belles moules ! À la fin de cette guerre, je vous pècherai moi-même un saumon entier !

 

—Vous êtes trop bon.

 

Je paie, récupère mon achat et continue mes courses en achetant du riz, le seul mets encore abordable. Tous les tubercules sont devenus hors de prix et seuls les sacs de riz sont approvisionnés régulièrement, parfois depuis le château lui-même. J’aperçois quelques pommes de terre au détour d’un étal et hésite à offrir ce plaisir à ma fille. Elle en raffole. Pourtant, le prix, trois fois plus élevé qu’avant, me fait hésiter. Je tourne autour de l’étal un moment et finis par céder. Cinq minutes plus tard, j’ai six pommes de terre dans mon panier et beaucoup de pièces de cuivre en moins.

 

Après avoir salué quelques connaissances,je quitte le marché sans presser le pas, pour ne pas me faire remarquer. Même si les gardes n’interpellent que rarement les civils, on n’est jamais trop prudent. Depuis le quadrillage de la ville, tout comportement inhabituel est surveillé, surtout depuis qu’une rumeur dénonçant la présence d’espions Ælfes[ii] court dans le royaume. La paix et le calme sont les mots d’ordre et j’entends bien les respecter. Après tout, j’ai épousé un Ælfe, et malgré le fait qu’il soit légalement citoyen de notre état, il n’est pas bien vu qu’il se balade librement en ce moment. Je mets donc un point d’honneur à faire les courses moi-même et mon mari ne sort qu’à la tombée de la nuit, essentiellement pour s’occuper de la construction de notre future maison, qui se situera beaucoup plus au nord de la ville.

 

Sans accélérer, je quitte la place centrale et continue plus à l’est.

 

Je rejoins la maison en seulement quelques minutes, à l’angle d’une vieille boulangerie qui a maintenant du mal à satisfaire la demande quotidienne de pain. Je rentre et pose mes courses avec lassitude.Avant que je n’aie pu enlever mes chaussures, ma première fille quitte notre chambre commune et se jette sur moi.

 

—Maman, j’ai fait un joli dessin, tu veux le voir ?

 

—Je regarde dans un petit moment ma chérie, je vais saluer ton père d’abord, d’accord ?

 

—Non ! s’énerve-t-elle. Je ne veux pas ! C’est pas mon père et il est méchant !

 

Sa réaction m’arrache un soupir. Louh, le père d’Elena, est mort il y a huit ans maintenant, et depuis, elle n’accepte pas mon nouveau mari. Arthur a pourtant tout fait pour lui plaire, mais ses efforts sont restés vains. On dirait presque qu’Elena le déteste.

 

J’essaie de la calmer et de lui expliquer que son beau-père l’aime, mais notre court échange se finit en larmes. Elle court se réfugier dans notre chambre, en ressort la seconde d’après, sans doute parce qu’Arthur s’y trouve, et s’enferme dans le petit débarras sur lequel donne le salon. Habituée à ces scènes presque quotidiennes depuis quelques mois, je n’essaie pas de l’en sortir et rejoins mon mari dans notre chambre. Je l’y trouve en train de jouer avec ma petite dernière de sept ans à peine, Beth, un vrai rayon de soleil.

 

—Alors ? m’interpelle Arthur en souriant. Comment c’était ?

 

—Comme d’habitude, des gardes et du silence, rien de bien passionnant, je lui réponds en embrassant Beth. Comment avance la construction ? Tu dormais encore quand je suis partie tout à l’heure.

 

—Trop lentement à mon goût, mais ça avance. Elena fait encore la tête, dis-moi ?

 

J’embrasse Beth qui s’amuse à me chatouiller le nez, avant de répondre :

 

—Oui… Je ne sais plus quoi lui dire, ni quoi en penser. Elle a toujours été si capricieuse, je ne la comprends vraiment pas.

 

—Et… l’autre ?

 

Je jette un regard noir à Arthur. Il n’est pas censé parler d’elle, personne n’est censé parler d’elle.

 

Il semble comprendre sa maladresse et s’excuse avant de continuer à jouer avec Beth.

 

Je le quitte aussitôt et me rends dans le coin cuisine du salon. J’essaie une dernière fois de faire sortir Elena de sa cachette préférée, mais je ne réussis évidemment pas.

 

Je me tourne alors vers mes courses. Je les range soigneusement et me mets à préparer le dîner. Lorsque j’ai terminé, je constate en regardant dehors que le crépuscule approche déjà. Je vérifie que personne ne rôde autour de la maison et ferme tous les rideaux. Je sers un plat de pommes de terre à la lueur d’une torche, saisis une éponge propre ainsi que des affaires de toilette et me rends au fond du salon. Je soulève le tapis sur quelques pas, ouvre la trappe cachée en dessous et descends silencieusement dans la cave.

 

 

Pour découvrir la suite de la nouvelle, gratuitement bien sûr,

cliquez sur ce lien.

 

 

 


 

[i] Lune : Une lune fait ici référence à un tour de cadran d’horloge, donc vingt-quatre heures. Le décompte commence au départ de la première lune et se termine au début de la lune suivante : il se fait de nuit en nuit.
[ii] Ælfes : Race assez proche des Humains et originaire de Cristallia. On dit que les températures glaciales de ce royaume seraient à l’origine de leur teint pâle, leurs traits fins et leur beauté sans pareille. Leurs oreilles pointues leur permettent d’entendre un peu plus loin que la normale. Beaucoup d’entre eux ont immigré à Goran durant le dernier siècle.

 

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
(Visited 128 time, 1 visit today)

Articles similaires

11 pensées sur “Vous ou votre ado êtes amateur de lecture fantastique, une auteure vous offre sa dernière oeuvre

  • 11/05/2014 à 16:02
    Permalink

    C’est cool de nous faire découvrir des auteurs, c’est ça
    l’avantage d’être devenu une auteure de Best seller :wink:

    En tout cas merci pour le partage et longue vie à ton livre

    Répondre
  • 11/05/2014 à 12:06
    Permalink

    Je viens de la lire, c’est super, je suis allée sur le blog de l’auteur,
    très chouette. Merci pour le partage et je pense que je vais suivre Imam
    avec attention :-P

    Répondre
  • 11/05/2014 à 00:04
    Permalink

    Salut Marie-Do

    Fan de littérature fantastiques, je ne manquerai pas de découvrir cette auteure.
    Et je te ferai un retour.

    Bon dimanche

    Répondre
  • 10/05/2014 à 18:01
    Permalink

    Salut Marie-Do

    Je ne te savais pas fan de ce genre de lecture, remarque avec des ados :mrgreen:
    C’est logique
    Je vais lire ça avec plaisir.

    Bises

    Répondre
  • 10/05/2014 à 15:59
    Permalink

    Coucou Marie-Do

    Merci pour le partage, j’adore ce genre de littérature. :-P

    Répondre
    • 11/05/2014 à 16:24
      Permalink

      Merci beaucoup Xavier, ce message me va droit au coeur ! En réalité, la suite de cette nouvelle est déjà sortie. Il s’agit du Tome 1 de Coeur de Flammes, disponible sur Amazon, Kobo et la Fnac ;) Gros gros bisous à ta fille !

      Répondre
    • 11/05/2014 à 16:22
      Permalink

      Merci, je suis vraiment ravie que ça te plaise ;) Le reste de la nouvelle est entièrement gratuite sur le blog ou sur Kobo si tu as une liseuse. Bisous !

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question   Razz  Sad   Evil  Exclaim  Smile  Redface  Biggrin  Surprised  Eek   Confused   Cool  LOL   Mad   Twisted  Rolleyes   Wink  Idea  Arrow  Neutral  Cry   Mr. Green

CommentLuv badge
[+] Zaazu Emoticons Zaazu.com

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.