Cela faisait un moment que je voulais faire un article sur

les adolescents et le tabac.

Mais n’ayant arrêter de fumer que seulement depuis huit mois, je

n’arrivais pas à trouver les mots pour rédiger cet article

car pour moi cela reste encore un sujet sensible.

C’est pourquoi lorsque Cédric m’a proposé cet article sur le sujet,

j’ai accepté avec joie, cela me permet ainsi de pouvoir partager

ses conseils avisés avec vous.

 

 

 

 

Ceci est un article invité rédigé par Cédric du site Arrêt Tabac Sevrage.


Vous venez de découvrir que votre enfant fume en cachette?

Pas de panique ! Soyez à l’écoute et engagez une discussion avec lui afin de comprendre la raison de son geste.

L’adolescence est une période difficile et, en tant que parents, vous devez faire preuve de calme et lui apporter un soutien adapté.

Engager le dialogue

En tant que parent, c’est à vous de savoir gérer la situation. Une communication franche mais calme s’impose.

Ne le sanctionnez pas d’emblée et n’essayez pas de le faire culpabiliser, car cette attitude provoquerai un braquage face votre autorité.

Ne le forcez pas non plus à vous parler s’il ne veut pas, mais laissez une ouverture et faites lui comprendre que vous êtes là pour l’aider.

Quand il viendra vers vous, il aura peut-être réfléchi et aura peut-être des arguments à vous opposer. À vous de lui démontrer alors les aspect négatifs du tabagisme. Montrez l’exemple, sachez que vous serez bien-sûr nettement plus crédible si vous ne fumez pas ou si vous avez arrêté de fumer.

Parlez lui des conséquences à court et à long termes du tabagisme. Les économies qu’il peut faire en arrêtant de fumer ou les problèmes de santé, les maladies que cela engendre au long terme.

Les filles, qui sont plus précoces et plus sujettes à devenir dépendantes au tabac, sont souvent coquettes. Ouvrez leurs les yeux sur l’impact de la cigarette sur leur physique, les problèmes de peaux, les doigts jaunis et les cheveux et l’haleine qui sentent mauvais par exemple. Attirez leur attention sur les dangers de l’association entre contraceptif et nicotine.

Les garçons souvent plus sportifs, seront plus sensibles à leur capacités physiques. Parlez lui de l’essoufflement et de la récupération difficile pendant et après l’effort, de la diminution de leurs performances.

Votre discours ne doit pas être imposé, ne sermonnez pas votre enfant mais laissez le parler, il faut que ce moment soit un échange constructif pas une punition.

Comprendre pourquoi il fume

Une grande discussion sera l’occasion de découvrir les raisons de son geste.

Beaucoup d’adolescent commencent à fumer pendant cette période de transition à l’âge adulte. Il veulent « faire comme les grands » parce qu’ils veulent asseoir leur personnalité.

Pour un adolescent, le regard des autres est difficile et important à la fois, fumer peut lui paraître cool ou attirant, en tout cas la cigarette lui donne confiance en lui. Cela ne veut pas dire qu’il restera fumeur toute sa vie.

Le tabagisme est souvent lié au phénomène d’initiation ou d’expérimentation des jeunes face aux substance addictives.

Fumer revient pour lui à défier l’autorité, mais participe aussi à l’affirmation de soi. Il y a différents facteurs qui poussent un adolescent à fumer. La consommation des parents, en tant que modèles, peut influencer dans ses choix mais il faut savoir qu’un environnement socio-culturel défavorisé ou précaire peut avoir son rôle.

Si votre enfant fume, peut-être ne se sent-il pas en sécurité. C’est pourquoi vous devez être présent et le rassurer si besoin.

Certains commencent à fumer en période de stress lié aux études ou à un contexte familial déstabilisant, comme un divorce par exemple. Si votre enfant semble vivre un moment difficile, de tristesse ou d’angoisse, ça ne veut pas forcément dire qu’il est dépressif mais c’est sûrement lié aux doutes et à la recherche de sa place dans la société.

Une aide concrète

Vous avez tout à fait réalisé qu’il ne sert à rien de vouloir lui imposer votre choix.

Après en avoir parlé avec lui, vous commencez sûrement à comprendre son geste et ses raisons. Lui interdire de fumer aura l’effet contraire. Il faut lui expliquer que fumer n’est pas une libération comme il le pense, mais bien une dépendance.

Faites lui prendre conscience que s’il continue, il aura peut-être beaucoup de difficultés à arrêter. Prenez des exemples de proches qui ont essayé plusieurs fois d’en finir avec la cigarette, peut-être vous-même.

Proposez lui de prendre rendez-vous chez votre médecin de famille (mais ne l’y traînez pas de force!) afin qu’il puisse en discuter avec un adulte extérieur à la cellule familiale.

Peut-être suivra-t-il les conseils d’un professionnel et commencera un traitement en vue d’un sevrage ?

Ne dramatisez pas, mais choisissez les bons mots, démontrez lui qu’il est la cible des stratégies marketing des fabricants et insistez sur ce point, car à cet âge un peu rebelle, on aime être différent mais on déteste se faire manipuler par la société de consommation.

Un argument clef reste de lui dire que l’affirmation de soi passe par la liberté de dire non à la cigarette.

Ceci est un article invité rédigé par Cédric du site Arrêt Tabac Sevrage.

 

Et vous, êtes vous confronté à ce problème avec votre ado ?

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
(Visited 12 283 time, 1 visit today)

Articles similaires

45 Replies to “Que devez-vous faire en priorité si vous pensez que votre enfant adolescent fume en cachette ?”

  1. Bonjour à tous, je ne sais pas si je m’y prend trop tard pour écrire ici ou pas.
    Voilà, j’ai 15 ans et je fume depuis environ 1an et demi. Je ne sais pas comment
    L’annoncer à mes parents qui sont des anciens fumeurs. Ma mère m’a promis que
    Si je fumais elle ne pourrait jamais l’accepter et pour elle je ne serais plus vraiment
    Sa fille. Ça fait mal quand on entend ça. Mes parents et moi nous ne sommes vraiment
    Pas proches mais lorsque je fume c’est toujours le matin et le soir à la sortie du lycée
    Je me cache parce que je ne veux pas que les autres le sache. Je trouve ça débile que
    La popularité entre la dedans c’est pour cela que je ne veux pas que les autres le saches
    Pour que mes amis ne me jugent pas la dessus. Je n’ai pas envie d’arrêter je ne fume pas beaucoup
    une à deux par jour. J’ai envie de me libérer de ce poids mais je n’y arrive pas a chaque fois je
    Me dégonfle. J’ai peur de voir ce sentiment déçu dans les yeux de ma mère.
    Merci.
    Oui et pour les curieux. Je fume car cela me détend je suis une grande stressée et comme ça je peux évacuer mon stress et respirer en oublier mes problèmes familiaux avec mes parents avec qui je ne parle jamais car ils ne m’écoutent pas. Ma mère se considère supérieure étant adulte elle ne veut pas écouter mon point de vue et cela me blesse alors je m’enferme.

  2. Bonjour, je suis une adolescente de 15 ans et depuis que je suis rentrée au lycée j’ai commencé à fumer, des cigarettes un peu mais surtout d’une substance illégale. Mes notes vont toujours bien, et je vise une 1ère S. Il y a une semaine ma belle mère qui croyait que je lui piquait de l’argent a fouillé dans ma chambre et, est tombée sur mon journal intime ou je notais la plupart du temps les moments lorsque j’étais sous l’emprise du cannabis, mon activité avec les garçons et un jour quand j’étais énervée contre eux j’ai écrit que c’était des baltringues et qui fallait prévoir leur suicide. Depuis, mon père et ma belle mère ne me font plus du tout confiance et on s’engueule pour rien, j’ai l’impression de tout faire pour être gentille avec eux et ne pas être une ado insupportable, mais malgré tout mes efforts il y a toujours quelque chose qui ne va pas avec mon comportement. Je ne sais pas comment réagir face à ça, et je penses partir de chez moi dès que j’en aurait la possibilité. J’ai un problème car si je ne leurs ment pas, ils m’engueulent directement et je m’écrase devant eux, je n’ai jamais mon mot à dire.

    Je voulais faire ce témoignage pour informer tout les parents que d’après des études, les jeunes fument parce que cela donne un style (dans le cadre du cannabis, surtout parce que cela détend) ; mais bien souvent on fume à l’adolescence et on arrête vers les 20 ans. Ne soyez pas trop sévère avec vos enfants si vous l’apprenez, ça à tendance à nous renfermer sur nous même et de toujours avoir peur de vous parler.

    1. Merci pour ton témoignage, tu as été très courageuse de nous raconter tout ça.
      Je ne sais pas si vraiment on arrête le canabis à 20 ans, car j’en connais beaucoup qui
      ont continué après cet âge.
      Comme j’ai déjà dit dans d’autres articles, c’est la relation entre ado et parent qui est importante,
      il faut que nos ados puissent nous parler quand cela ne va pas, mais il faut qu’ils comprennent aussi
      que lorsqu’ils font des bêtises c’est notre rôle de les réprimander et de les guider pour qu’il ne
      recommencent pas.
      Je t’embrasse et j’espère que ta relation avec tes parents va s’arranger.

  3. Bonjour
    j’ai commencé à fumer à 16 ans, pendant les grandes vacances juste avant de partir en internat. Je pense que c’était une façon d’aborder ce stress ??? J’ai fumé jusqu’à 32 ans et comme un pompier. C’était une addiction très importante, j’avais essayé d’arrêter mais je n’y arrivais jamais. Je fumais un paquet de brunes sans filtre par jour + un demi paquet de blondes. les dernières années, je me roulais mes cigarettes pour diminuer le coût.
    Après une semaine de marche en montagne, où cela avait été très dur pour moi, la marche avec sac à dos, l’altitude, les journées entières à crapahuter, je me suis aperçue que la cigarette ne m’aidait pas vraiment. Je me rendais compte que j’étais dépendante et ça devenait une gène importante. 3 mois après ces vacances en montagne et après avoir fait un séjour en clinique pour l’opération d’une épaule (8 jours sans fumer). A mon retour à la maison mon mari m’ayant engueulée à la troisième cigarette que j’allumais en l’espace d’un quart d’heure, j’ai pris la décision le lendemain d’arrêter de fumer. Etant en convalescence à la maison, j’ai jeté tous mes paquets de cigarettes et tabac qui étaient à la maison, dans la voiture et dans mes poches. A partir de ce jour (il y a 23 ans) je n’ai plus jamais touché une cigarette. J’ai retrouvé l’odorat, le gout des choses, mon souffle pour faire du sport. Aujourd’hui j’ai un fils de 15 ans, pour le moment il ne fume pas, je lui ai dit que plus jeune j’avais fumé mais que j’avais arrêté car c’était très mauvais pour ma santé. Je ne lui ai pas interdit de fumer, je lui ai dit que si besoin on pouvait en parler.
    Aujourd’hui je suis très satisfaite d’avoir arrêté,surtout quand un de mes collègues à sa femme de 53 ans qui lutte contre un cancer du poumon: Elle a toujours fumé, en juin dernier on lui a diagnostiqué un cancer du poumon dû à la cigarette on lui a donné entre 6 mois et maximum 2 ans. 7 mois après elle a eu 3 chimios sans succès, les tumeurs se sont développées, de nouvelles tumeurs sont apparues à la gorge et maintenant au cerveau. Elle ne peut plus se déplacer seule, elle n’a plus de force et depuis 3 semaines, leur maison a été aménagée avec lit médicalisé, elle vient de terminer une série de rayons pour arrêter la tumeur au cerveau, elle a des perfusion de morphine pour enrayer la douleur……
    Bien sûr tous les fumeurs ne développent pas un cancer des poumons, mais le risque est tout de même très important. Mon père a toujours fumé et il est mort à 91 ans mais pas de la cigarette, mes frères et soeurs fument aussi, aucun n’est malade non plus.
    Par contre quand cela arrive, c’est très dur à vivre pour l’entourage.
    Je n’ai aucune leçon a donné, étant ancienne fumeuse, seulement que je me croyais très maline avec ma clope au bec, je me croyais adulte, pourtant, je n’arrivais plus à sentir les odeurs de la campagne, du bon pain chaud, l’odeur de la terre après la pluie, les odeurs de la vie. Point de vue sportif, c’était une catastrophe, je ne pouvais pratiquement plus nager car je n’avais plus de souffle, pour la randonnée, pareil. je me souviens avoir eu les doigts jaunis car je fumais beaucoup, tous les matins je toussais et je ne pouvais pas démarrer la journée sans en griller une. Je pense aussi à mon marie qui pendant 8 ans a embrassé un pot de tabac froid, lui qui ne fume pas et n’a jamais fumé. C’est aussi grâce à lui que j’ai arrêté. Je pense aussi à toutes les personnes que j’ai enfumée, car à cette époque les fumeurs ne s’occupaient pas trop des non fumeurs. Je ne demandais jamais: ça vous gène si je fume. Par contre si on me demandais de fumer dehors je m’exécutais sans rechigner.
    Ne pas fumer rend la vie plus belle, et je suis très fière d’avoir arrêtée, c’est une de mes plus belle victoire, mais le plus intelligent aurait été de ne pas commencer.
    Biz

    1. Quel super témoignage et belle leçon de vie, j’espère que beaucoup de monde le lira, et
      cela fera taire ceux qui disent que les gros fumeurs ne peuvent arrêter du jour au lendemain,
      tu en es la preuve.
      C’est vrai que l’on sent bien la différence lorsque l’on arrête de fumer, haleine, couleur de la
      peau, odeur des vêtements, appétit, souffle et tellement d’autre chose.
      Alors ça vaut vraiment vraiment vraiment le coup.
      Bizzzzz

    2. Bonjour Christine,

      Merci pour ce témoignage, et bravo :)

      C’est vrai que la meilleure façon de se débarrasser de la cigarette, c’est de ne plus en avoir. Comme cela, on ne fume plus !

      Cédric

  4. Bonsoir Marie-Do, épineux problème.
    Chez moi, ni parents ni ados accros à la cigarette. Personnellement, avec un papa gros fumeur pendant mon enfance et mon adolescence, j’ai plutôt été dégoutée… Mais une copine de ma cadette dort à la maison ce soir. Elle fume, on le sait, on en parle avec elle. On essaie de la décourager mais…ça ne marche pas ;) Elle fumait sur le balcon tout à l’heure et mon Homme lui a fait remarquer qu’entre le froid et les courants d’air, ce n’était pas super… J’espère vraiment que les enfants ne s’y mettront pas. J’ai tellement d’amis qui ont fumé pendant plusieurs années avant d’arrêter et de se rendre à l’évidence qu’ils n’auraient pas dû commencer…
    Mais bon, moi mon vice, c’est les bonbons :) :-P
    Je t’embrasse, bonne soirée. Sophie

    1. Qu’est ce que je suis contente d’être devenue comme toi accro aux bonbons,
      car même si mes dents ne l’apprécient pas trop, mes poumons en revanche sont
      très contents. Je sens déjà une différence entre maintenant et il y a 8 mois lorsque
      je fumais encore. En ce qui concerne les enfants, c’est super que tes ados ne
      fument pas, et qu’elles ne soient pas tentés alors que leurs copines fument;
      Bizzz

  5. Je suis une fumeuse occasionnelle depuis mes 17ans (peut etre 10cigarettes dans l’année!) je n’ai jamais pris l’habitude… Mon mari a été un gros fumeur de ses 14ans à ses 23ans. 2paquets par jour… à 25ans, il fait un pneumothorax… apres l’opération, le chirurgien vient et lui demande s’il fume encore. Réponse négative puisqu’il s’est arrété 2ans auparavant. Ce à quoi répond le chirurgien “vous avez bien fait… vos poumons sont aussi vieux qu’une personne de 60ans… ils sont encore noir du tabac”…
    A 25ans, je peux t’assurer qu’il en a pris un coup… surtout que quand on est jeune, on se sent invincible, en se disant que rien ne peut nous arriver. Ben non, pour preuve 25ans avec des poumons d’un retraité…
    Si les jeunes n’écoutent que ca, il faut juste leur faire un calcul : 5e * 365soit 1825euros… pour 1an, et 18250e sur 10ans, le prix d’une belle bagnole!!!! allez j’arrête de faire ma morale, bisous

    1. Ton témoignage va je l’espère faire réfléchir les ados quand ils vont
      le lire car avoir à 25 ans des poumons d’une personne de 60 ans. Whaou !!!!!
      Oui les sous aussi sont un sujet sensible, de plus je viens d’entendre qu’en
      octobre ils vont encore augmenter les clopes de 7%. C’est trop bête que leur
      argent parte en fumée.

    2. Merci pour ce témoignage.

      C’est vrai qu’une “expérience” comme cela à 25 ans doit faire horriblement peur, et réfléchir.

      Cédric

  6. J’ai pas commencé ado à fumer, comme quoi on fait des conneries à tout âge!
    Le pire c’est que la 1ère cigarette m’a fait vomir mais comme une gourdasse, j’ai “persévéré”! Moralité j’en ai pris presque 10 ans! C’est le Doc qui m’a forcé à arrêter! Ca n’a pas été évident mais ça n’a pas été si difficile non plus!
    Maintenant je sais que je ne refumerai jamais, la seule bouffée que j’ai reprise m’a donné la nausée et cette fois, je ne passerai pas outre!
    En plus, mon oncle qui a fumé quelques années a un cancer des poumons qui a attaqué l’estomac. Après de lourdes séances de chimio le cancer a reculé, il a été tranquille 2-3 mois et la semaine dernière il a perdu la vue: le cancer a attaqué le cerveau.
    La cigarette est un véritable danger!

    1. Oh que oui, c’est dangereux mais quand tu fumes, tu es persuadé que toi tu ne crains
      rien, que tu es à l’abri, on porte des œillères, on ne veut rien entendre, on se sent
      intouchable, mais hélas ce n’est seulement que lorsqu’on tombe malade que l’on
      s’aperçoit que finalement on était pas si à l’abri que ça.

  7. mon fils de 10 ans fait la guerre à son père depuis 6 ans pour qu’il arrête de fumer en lui demandant régulièrement: “mais pourquoi tu veux mourir???”. Ma grand-mère lui a bourré le crâne avec des “ton arrière-grand-père est dans une tombe au cimetière d’avoir fumé!” (et bu, mais ça, on est en France, pays du pinard-produit-culturel, alors, on n’en parle pas).
    j’espère qu’aucun des trois ne commencera… ça fait 10 ans que j’ai arrêté (à six mois de grossesse), après avoir fumé pendant 16 ans. Je n’ai pas de trucs. Je n’avais pas envie d’arrêter, je me suis juste mis un coup de pied au Q avec l’aide des patches et d’une infirmière tabacologue. Et si je n’ai pas recommencé, c’est surtout parce-que j’ai trouvé ça super chiant d’arrêter et que je n’ai pas envie de remettre ça!
    Pis la clope, ça file une haleine de chacal… (en même temps, ça doit empêcher de sentir celle des autres ;-))))
    bon courage avec ton fils!

    1. Moi je me rappelle, un jour mon fils qui était en primaire est revenu en pleurant de l’école,
      quand je lui ai demandé pourquoi, il m’a dit que la maitresse avait dit que les mamans qui
      fumaient mouraient tôt, super l’instit . Vas y dire quelque chose après ça.
      En plus t’as raison on a une haleine whaou !!!!! Je m’en rends compte maintenant que j’ai
      arrêté.

    2. Bonjour Daydreamer,

      Et merci pour témoignage.

      Pour arrêter de fumer, il n’y qu’une façon : le vouloir VRAIMENT et se mettre un bon coup de pied au Q.

      Cédric

  8. Si seulement j’avais écouté et compris mais surtout si j’avais pu imaginer lorsque j’étais ado je n’aurais sans doute jamais commencé, mais voilà je faisais partie de LA bande que tout le monde admirait, celle qui n’en faisait qu’à sa tête et ne craignait pas grand chose (une vraie déliquante si tu savais ma pauvre Marie-do …). Quand je vois la merde que c’est, comme c’est dur d’arrêter et encore plus dur d’échouer et de recommencer …. Ma fille ne fume pas j’en suis certaine mais je la sais influençable et je flippe. Le témoignage de Lottye est très vrai, ma gosse me raconte la même chose sur son collège mais c’était exactement la même chose lorsqu’on était jeunes. Je suis un mauvais exemple et j’ai honte, je ne suis pas crédible moi qui essaie toujours d’enseigner le “bien”.

    1. Ce qui compte, c’est ce que tu es devenue, et non ce que tu étais. Tu fais tellement de bien
      autour de toi actuellement que la délinquante que tu étais est bien loin.
      En tout cas le témoignage de Lottye est grave, en plus si tu me dis que ta fille confirme.
      Je ne pensais pas que cela en était arrivé là au collège.
      En tout cas, tant mieux ta fille ne fume pas. Bises

  9. Tu peux jouer sur le coût du paquet de cigarette sachant qu’en économisant en fonction de sa consommation il peut s’acheter un vêtement, un parfum, un jeux… que tout cette argent part en fumée.
    L’invité à faire du sport parce que concilier cigarette et endurance ça ne va pas de paire !
    A ce moment viendra le déclic.
    Bon courage à toi, bise.

    1. Le pire c’est qu’il fait du sport, je lui demande toujours comment il fait pour fumer une clope
      à la sortie de son entrainement ou après le match. Et il n’est pas le seul.
      Quand à l’argent il s’en rend compte, il voit bien qu’il se prive de beaucoup de choses, mais
      c’est pas pour ça qu’il arrête.
      Je ne désespère pas, comme tu dis le déclic viendra bien à un moment si je l’y aide.
      Bises

  10. Coucou :)
    Je vais parler ici en tant qu’adolescente, il faut savoir que dès la sixième certains commencent à fumer. Je ne fais pas partis de ceux-là, mais au collège autour de la clope (ou autres substances illicites) il y a une grande pression psychologique.
    Tu veux aller chez les “populaires”, tu dois fumer.
    Tu veux t’intégrer, tu dois fumer.
    Tu es intégré, on veut te faire fumer.
    Au lycée, il y a moins de cela, mais au collège …
    J’ai réussi à ne jamais fumer (pour l’instant) mais souvent mes amis me proposent une clope ou carrément une latte.
    Ils veulent de faire essayer, et lorsqu’ils parlent de leurs sensations & co, on se sent à part. Pour ma part je le vis bien, mais ce n’est pas forcément évidemment, surtout que la cigarette devient une marque de “Je suis cool, je fume”.
    Après il y a d’autres cas mais le trois quarts de ceux que je connais fument pour ces raisons.
    Voilà mon avis sur la question ;)
    ++

    1. Il est terrible ton témoignage, je ne pensais pas qu’au collège la cigarette avait pris tant d’importance,
      si je résume bien, il faut fumer pour se faire bien voir. Ça fait peur.
      En tout cas, je te félicite d’avoir su résister, si tous les jeunes pouvaient avoir ton caractère et ta ténacité,
      je te tire en tout cas mon chapeau et merci pour ton témoignage?

    2. Effectivement,

      On passe souvent pour une “tapette” si on ne suit pas le mouvement : clope, et parfois plus (alcool, pétards, etc.)

      C’est d’ailleurs pour cela que beaucoup d’ado se mettent à fumer. Juste pour ne pas paraître “coincés”.

      Cédric

    3. Effectivement,

      On a souvent la pression de “suivre le mouvement” : cigarette, et parfois plus (alcool, pétards, etc.)

      C’est d’ailleurs pour cela que beaucoup de jeunes se mettent à fumer. Juste pour suivre le mouvement, et ne pas paraître ringard.

      Cédric

  11. Je voulais juste témoigner pour dire que ce n’est pas parce que ses deux parents
    fument que l’on fumera. Je peux te le dire car j’ai toujours vu mes parents, mes oncles
    fumer et cela ne m’a jamais tenté. Au contraire, cela m’a plutôt dégouté.
    C’est sûr que si on peut éviter de montrer l’exemple c’est encore mieux.

    1. C’est super, car c’est souvent quand on voit c’est 2 parents fumer que l’on fait la
      même chose car l’on pense que cela fait partie des choses normales, et donc pas dangereuses
      puisque nos parents le font.
      En tout cas merci pour ton témoignage et bravo

    2. Effectivement Julie,

      Ce n’est pas parce que les deux parents fument que les enfants fumeront…. mais cela ouvrent de mauvaises portes quand même.

      Cédric

  12. Du haut de mes 77 ans, je l’avoue je fume et j’ai toujours fumé 3 ou
    4 cigarettes par jour depuis longtemps. J’essaye de dissuader mes
    petits enfants et j’essaye de ne pas fumer devant eux.

    1. Merci Rosine pour votre commentaire, pourriez vous me dire ce que vous dîtes à
      vos petits enfant pour les dissuader, ça serait super.

  13. Moi comme tu le sais, je fume beaucoup, et il m’est difficile
    de dire à mon fils de ne pas fumer, ma femme me dit
    d’ailleurs que c’est ma faute s’il fume mais je me sens incapable
    d’arrêter pour l’instant, donc quoi lui dire ?

    1. Je suis dans le même cas que toi, même si j’ai arrêté depuis 8 mois, j’ai toujours
      du mal à trouver mes mots lorsque l’on en parle.

  14. Juste mon témoignage en tant qu’ancienne ado fumeuse.
    Mon père a découvert que je fumais un jour en me tombant dessus près du tabac! J’avais 15 ans. Je fumais depuis des mois en cachette. Il m’a demandé si c’était bien sans me juger il m’a juste dit que c’était con parce que ça coutait cher en plus de me flinguer la santé.
    J’ai continué.
    Mais je ne me cachais plus. On en discutait pas trop. Au final j’ai moins fumé, l’excitation du mensonge et de la dissimulation avait disparu. Et puis j’avais de plus en plus besoin de sous.
    J’ai définitivement arrêté à 21 ans. Sans que ça soit jamais devenu une vraie addiction.

    Mon père y est pour beaucoup car il n’a jamais dramatisé les choses. Je ne me suis pas braquée, le dialogue ne s’est jamais rompu!

    Bisous!

    1. Merci pour ton témoignage, si seulement cela pouvait être la même chose pour
      mon fils, qu’il arrête de fumer rapidement, mais quand je vois que la plupart de
      ses copains fument………Et puis comme je sais qu’il fume……..

  15. Mon fils est encore jeune (il n’ a pas 4 ans) mais , comme mon mari fume (jamais dans la maison) j’ai vraiment peur qu’il “grandisse” avec l’idee que c’est “normal” … et je redoute le jour où je vais le voir fumer. Perso, ça fait 8an1/2 que j’ai arrete et je suis bien contente d’etre sorti de ça et d’avoir ete plus forte que mes envies !

    1. Remarque si ton mari ne fume pas dans la maison, c’est déjà ça.
      Mais le plus dur c’est quand tu leur dis qu’il ne faut pas fumer, que ce n’est
      pas bon pour leur santé et qu’il te réponde, ben alors pourquoi tu fumes toi,
      ou alors pourquoi papa il fume ? Je n’ai jamais su quoi dire.

    2. Bonjour,

      Oui, justement. Mon beau-frère a été confronté à ce problème récemment.

      Il a surpris sa fille de 11 ans, une cigarette à la main, devant le collège. Il l’a disputé, mais elle lui a rétorqué “ben alors, toi aussi tu fumes !”

      C’est une situation délicate, car un parent peut difficilement empêcher à son enfant de “faire une bêtise” si lui-même la fait.

      Cédric

  16. pas encore..j’imagine que ça arrivera à un moment donné, avec un ou touts mes enfants, avec beaucoup de chance avec aucun ! moi même j’ai allumée une première à l’âge de 13 ans, j’ai fumé quelques mois sans vraiment fumer ( je n’aspirais pas la fumé, c’était pour me donner un air ( con) ; ) heureusement j’ai arrête l’expérience , par contre j’ai fumé pour de vrai a 18 ans .. et arrêté à mes 31 ;)

    1. J’espère qu’aucun de tes enfants ne fumera, c’est tout ce que je te souhaite.
      Déjà ils ont l’exemple d’une maman qui ne fume plus, et c’est ça l’important,
      du moins je crois.

    2. Bonjour Maria,

      Oui, tous les ados commencent en “crapautant”, c’est-à-dire sans avaler la fumée.

      Mais toujours est-il qu’ils absorbent quand même une partie insignifiante de fumée, et prenne l’habitude de le faire.

      C’est comme cela qu’on “met le pied dedant”, comme on dit.

      Cédric

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Question   Razz  Sad   Evil  Exclaim  Smile  Redface  Biggrin  Surprised  Eek   Confused   Cool  LOL   Mad   Twisted  Rolleyes   Wink  Idea  Arrow  Neutral  Cry   Mr. Green

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.